L’un des points forts de la formation est la place qu’elle accorde au numérique et aux innovations pédagogiques. Cette politique se traduit par des enseignements dédiés au numérique, par une pédagogie active par projet, par des actions régulières de transformations pédagogiques et par une adaptation des ressources et des modalités pédagogiques.

Une formation des étudiants aux nouvelles technologies

Le master forme les étudiants à, et par, le numérique dans le cadre des enseignements qui traitent du numérique autant d’un point de vue théorique par le biais de cours magistraux interrogeant le processus de numérisation et son intégration sociale.

Des pratiques pédagogiques de “learning by doing”

Des outils collaboratifs et de méthode agile (Basecamp) sont utilisés dans le cadre de la direction de projets audiovisuels et multimédias ; un serveur est utilisé pour stocker des rushes dans l’élaboration des projets ; des "live tweets" sont produits autour d’évènements, des blogs journal de la formation et sites créés par les étudiants et destinés à valoriser leurs productions.

Des plateformes pédagogiques

Hormis les expériences individuelles de mise à disposition de cours sur des sites personnels, quelques intervenants utilisent l’une des trois plateformes universitaires Alfresco, Chamilo ou Moodle. Ces dispositifs sont uniquement utilisés comme support de stockage, peu d’enseignants utilisant les fonctions interactives comme les forums. Tous les enseignements de la mention se déroulent en présentiel.

Des pédagogies innovantes

Le master s’inscrit dans une dynamique de transformations pédagogiques et a, à ce titre, répondu à plusieurs appels à projets, qu’il a obtenus, pour développer la pédagogie par projets (voir le point précédent) qui est au cœur de la formation.
Ainsi, durant l’année 2014-15, le parcours AVMN du master a développé, avec l’appui du Service Universitaire de Pédagogie, un projet de pédagogie innovante intitulé Laboblog qui a permis de mener une réflexion conjointe (entre enseignants et étudiants) et distancié (en ne surestimant pas la dimension « numérique » dans les questions d’apprentissage) tout en créant un espace ressource pour les étudiants qui valorise les travaux, exercices, work in progress, réflexions, compétences des étudiants, etc.